l'Histoire avec un grand H du Cheval Boulonnais, ses origines, ses évolutions... Tout se qui a forgé notre Cheval Boulonnais
27 mars 2007

Historique de la Race Boulonnaise

zhist6

Beaucoup d'auteurs associent la naissance de la race Boulonnaise avec le passage des armées romaines de César, à Boulogne sur mer en 54 avant Jésus Christ ; période où Jules Cesar se préparait à envahir l'Angleterre (appelée "Bretagne" à cette époque). Leurs deux mille chevaux numides d'Afrique du Nord, formant la cavalerie romaine, séjournaient alors dans le Marais de Marquise. Certains de ces chevaux sont restés sur place, les patûrages riches du Marais ont fortement modifiés leurs physiques; d'autres ont étaient croisés avec des juments indigènes.

Ensuite, ces chevaux résidents du canton de Marquise ont étés croisés avec des chevaux plus lourds et plus lymphantiques du secteur romain de la Morinie (secteur actuel de Thérouanne - St Omer).

Plus sûrement, l'arabisation de la race Boulonnaise s'est faite à l'époque plus récente des croisades, de l'occupation espagnole et du premier empire.
En effet, lors des croisades, Godeffroy de Bouillon, Comte de Boulogne, devient le 1er Roi de Jerusalem, et fît parvenir dans son comté (Boulogne et ses environs), un grand nombre de chevaux arabes, pris au Sultan Saladin comme "trésor de guerre", afin d'améliorer la qualité des chevaux locaux.
Ensuite, c'est l'occupation des Flandres par les espagnols qui venaient eux mêmes de subir l'occupation des tribus Maurs dont la cavalerie était constituée de chevaux dit "ibériques", à l'époque, il s'agit de chevaux Arabes élevés par les Maurs en Afrique du Nord, aujourd'hui on parlerai certainement de chevaux Barbes; Ce sont ces chevaux qui d'ailleurs sont à l'origine de la race Percheronne, à l'époque où les Maurs sont remontés en France, jusqu'à Poitiers, où ils se sont fait battre par les armées de Charles le Martel (la race Percheronne est donc plus "jeune" que la race Boulonnaise!).
Puis, au Premier Empire, Nappoléon Ier a pour projet d'envahir l'Angleterre, il installe donc son campement à Boulogne sur Mer, et sa cavalerie séjourna dans le Marais de Marquise; tout comme à l'époque de César, mais Nappoléon échouera dans sa quête... A cette époque, Nappoléon revenait de la Campagne d'Egypte, lors de laquelle il remonta toute sa cavalerie lègère de chevaux arabes égyptiens; Une fois encore ces chevaux "orientaux" ont étés croisés avec les juments régionales.
Planche2

Se sont tous ces croisements qui ont donner au Boulonnais ce sang oriental qui le caractèrise.

La Race Boulonnaise est officiellement reconnue sous le règne de Louis XIV, lors de la création des Haras Royaux (devenus succésivement Haras Nationaux puis Institut Français du Cheval et de l'Equitation suite à sa fusion avec l'Ecole Nationale d'Equitation) par son ministre Colbert (auquel nous devons également la création par exemple de l'Office National des Forêts).

Sa distinction et son aptitude à la vitesse étaient très appréciées sous le règne d' Henri IV, comme en témoigne la création des courses de St Omer en 1589.

De même, ce sont les Boulonnais mareyeurs qui, jusqu'en 1848, amenaient le poisson frais de Boulogne à Paris en moins de 24 heures.
A cette époque les Boulonnais toisaient environ 1m50 pour 500kgs.
C'est à cette époque que la robe grise est privilégiée et selectionnée pour le transport nocturne.
maree
Cette "Route du Poisson" s'est terminée avec l'arrivée des lignes de chemin de fers ;
Le Boulonnais est alors passées de "transporteur longues-distances" à "transporteur local", c'est l'époque des grandes stations d'Omnibus...
Puis c'est l'arrivée des premiers engins motorisés, les Boulonnais deviennent alors "agriculteurs", leurs modèles "s'étoffent" pour la traction des grands charrois, ils toisent jusqu'à 1m65 pour 750kgs.
Le moteur fini par atteindre l'agriculture et cause grand tord au monde du Cheval de Trait...
Le Boulonnais est toutefois sauvé grâce aux boucheries chevalines, sa viande étant l'une des meilleures du marché ; Mais son modèle s'en trouve à nouveau transformé, taillé pour le travail, il devient "bête à viande" ; Aujourd'hui un Boulonnais moyen toise 1m70 pour 900kgs.

CGA_1960 Boulonnais_CGA_1960
^ Chevaux Boulonnais au Concours Général Agricole de Paris en 1960 ^

Aujourd'hui, des étalons arabes sont croisés avec quelques juments Boulonnaises pour donner l'AraboBoulonnais, cheval de loisir vif et robuste. Depuis 2011, les AraboBoulonnais sont inscrit d'office à la naissance au Livre B du Stud-Book Boulonnais, créé dans le but de lutter contre la consanguinité en apportant du sang "neuf" sans altérer les caractéristique du Cheval Boulonnais.

arabe

DSC_0245_Alibaba__Flamme___V_gas_et_Belotte
^ 3 araboBoulonnais
issus du même père, étalon Arabe : Ibn Arabi; les 2 gris ont également la même mère.
Alibaba du Marais, nés en 2010 - Végas du Marais, nés en 2009 et Belotte du Marais Ter née en 2011 ^